Des reprises jugées insuffisantes pour ORCHESTRA

Placé en redressement judiciaire le 29 avril, la reprise d’Orchestra Prémaman n’a pas été possible le 4 juin dernier, les deux offres de rachat ayant été jugées insuffisantes par le Tribunal de commerce de Montpellier.

Il faut retenir que le Tribunal a dû comparer deux offres, celle présentée, d’une part, par son fondateur Pierre Mestre via la société NewOrch et celle présentée d’autre part par le groupe saoudien Al Othaim, déjà actionnaire d’Orchestra-Prémaman depuis 2016, à hauteur de 4,08 % aujourd’hui.

Le tribunal a fixé au 11 juin la nouvelle date pour le dépôt d’offres et l’amélioration des offres existantes. Il examinera ces nouvelles offres lors d’une nouvelle audience le 16 juin à 9H30.

Le Tribunal de commerce enjoint aux candidats cessionnaires de « présenter une offre simplifiée, purgée de tout élément aléatoire ou de condition suspensive et présentant des garanties financières suffisantes pour financer le prix d’acquisition et les besoins en fonds de roulement futurs. »

On l’aura compris, le dossier est atypique puisque l’une des offres est présentée par Pierre MESTRE qui est ni plus ni moins que l’actuel Président Directeur général du Groupe ORCHESTRA. Pierre MESTRE souhaitait d’abord proposer un plan de continuation pour apurer son passif et a finalement proposé un plan de cession.

Pourtant, l’article L. 642-3 C.com est clair « ni le débiteur, au titre de l’un quelconque de ses patrimoines […] ne sont admis, directement ou par personne interposée, à présenter une offre. »

A la mi-février, ce dernier avait pourtant annoncé la suppression de 159 postes en France et 300 à l’étranger. Il souhaitait également fermer l’entrepôt logistique de Saint-Aunès, qui emploie plus de 100 salariés sur un effectif total de plus de 1.500 salariés.

Pierre MESTRE bénéficie des dispositions de l’Ordonnance du 20 mai dernier qui permet au « dirigeant […] de demander cette dérogation au tribunal, lorsque la cession envisagée est en mesure de maintenir les emplois ». Cette mesure a pour but de palier à la carence d’offre de reprise en établissant des garde-fous, le maintien de l’emploi et la présence du Procureur de la République qui a un droit d’appel suspensif.

De notre point de vue, une disposition manque celle de l’absence d’offre. En effet, dans le cas d’ORCHESTRA, un groupe saoudien est dans la course mais il se trouve confronté à l’offre du dirigeant. Or, cet article était censé palier à la carence d’offre, ce qui n’est manifestement pas le cas en l’espèce.

Au niveau de l’emploi, l’offre saoudienne préserve plus d’emplois que celle de Pierre MESTRE, 54 de plus sur 1260 salariés. Ce maintien de l’emploi est au cœur de l’Ordonnance, l’offre d’Al Othaim pourrait donc être privilégiée. Le Conseil social et économique s’est d’ailleurs prononcé en faveur de leur offre.

Rappelons que le passif est estimé à 650 millions. Pierre MESTRE qui souhaite racheter sa propre entreprise, le ferait via une nouvelle entreprise NewOrch qui signifie « nouveau Orchestra ». L’entreprise disposerait d’un capital d’un million d’euro qui sera augmenté à 5 millions d’euros d’ici la signature des actes de cession.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s