Création entreprises 2023
0 10 minutes 11 mois

L’AMÈRE DÉCEPTION DE L’INDÉPENDANCE FACTICE

L’uberisation des entreprises ou plus exactement uberisation invisible du petit patronat peut se définir comme un processus subtil et souvent méconnu par lequel de nombreux entrepreneurs, en particulier dans le secteur des petites (TPE) et moyennes entreprises (PME) ainsi que des micro-entreprises, se trouvent progressivement enchaînés aux mécanismes d’exploitation économique des grandes entreprises et des chaînes multinationales. Contrairement à l’uberisation traditionnelle, qui est généralement associée à l’indépendance apparente des travailleurs sur les plateformes en ligne, l’uberisation des entreprises se produit dans le contexte plus traditionnel des affaires.

Les Formes de l’Uberisation Invisible

L’uberisation invisible du petit patronat découle souvent de la concurrence féroce et des pressions économiques qui poussent les entrepreneurs à s’aligner sur les pratiques des grandes entreprises, même au détriment de leur propre indépendance et de leurs valeurs d’entreprise. L’uberisation invisible peut se manifester de plusieurs manières :

1. Dépendance envers les Grandes Entreprises : Les petites entreprises peuvent devenir dépendantes des grandes entreprises pour leur chaîne d’approvisionnement, leurs canaux de distribution ou leurs partenariats commerciaux. Cela peut entraîner une perte de contrôle sur leurs activités et les contraindre à suivre les directives des grandes entreprises.

2. Standardisation et Conformité : Pour s’aligner avec les normes et les exigences des grandes entreprises, les entrepreneurs peuvent être contraints de standardiser leurs produits ou services, sacrifiant ainsi leur créativité et leur différenciation sur le marché.

3. Pressions Tarifaires : Les grandes entreprises peuvent imposer des pressions tarifaires aux petites entreprises, les obligeant à réduire leurs marges bénéficiaires pour maintenir leur présence sur le marché.

4. Réglementations et Contraintes : Les petites entreprises peuvent être soumises à des réglementations strictes imposées par les grandes entreprises, qui peuvent limiter leur capacité à innover ou à se développer de manière indépendante.

5. Captation de la Valeur Ajoutée : Les grandes entreprises peuvent capturer une part disproportionnée de la valeur ajoutée générée par les petites entreprises, laissant peu de marge de manœuvre pour leur propre croissance et développement.

6. Absence d’Autonomie Financière : Malgré le statut d’entrepreneur, de nombreux propriétaires de petites entreprises peuvent se retrouver dans une situation de dépendance économique similaire à celle d’un employé, en raison de leurs liens financiers avec les grandes entreprises.

7. Vulnérabilité Économique : En étant étroitement liées aux cycles économiques et aux fluctuations des grandes entreprises, les petites entreprises peuvent devenir vulnérables aux chocs économiques et aux décisions prises par ces acteurs dominants.

L’Illusion de l’Indépendance Entrepreneuriale

Sous le vernis trompeur de l’indépendance, l’uberisation invisible du petit patronat concerne de nombreux entrepreneurs en réalité enchaînés par les mécanismes impitoyables des chaînes et des multinationales. Ce phénomène, en gestation depuis quelques décennies, se révèle être une forme moderne d’esclavagisme, gagnant en ampleur à chaque instant qui passe.

4 Entrepreneurs sur 10 étaient Salariés

Selon des chiffres alarmants provenant de l’Insee, il apparaît que parmi dix entrepreneurs, pas moins de quatre étaient auparavant des salariés. Ce constat glaçant jette une lumière crue sur la véritable nature de cette soi-disant indépendance. Ces entrepreneurs ne sont pas les créateurs d’emplois qu’ils prétendent être, mais plutôt les nouveaux employés d’un système qui les exploite sournoisement.

Les Chaînes de l’Exploitation Économique

La triste réalité est que la moitié des travailleurs, quant à elle, se trouvent assujettis aux très grandes entreprises. Les mêmes grandes entreprises ou franchises qui prétendent offrir une opportunité d’indépendance aux entrepreneurs se transforment en maîtres implacables, exploitant leur précarité pour maximiser leurs profits. Le paradoxe est flagrant : ceux-là mêmes qui cherchaient à échapper à la servitude salariale se retrouvent finalement enchaînés au système encore plus oppressant qu’est l’uberisation invisible du petit patronat

Les Illusions de l’Indépendance Économique

Qu’en est-il de la prétendue liberté dont se vantent ces entrepreneurs ?

Ont-ils réellement éprouvé l’autonomie financière qu’ils recherchaient ?

Combien ont contracté des emprunts alors qu’ils étaient encore liés à une fiche de paie ?

Combien ont investi dans un patrimoine immobilier ?

Et combien ont été contraints de risquer leur patrimoine pour se lancer dans une aventure entrepreneuriale, attirés par le mirage d’une vie meilleure ?

Le Réveil Amer de la Liberté Illusoire

La vérité amère, c’est que bon nombre de ces entrepreneurs se rendront tôt ou tard compte que la “liberté” qu’ils ont poursuivie n’était qu’un leurre cruel. Entre les pressions de Pôle Emploi, qui pousse les chômeurs vers l’entrepreneuriat comme une solution miracle, et les tribunaux de commerce, qui se révèlent souvent être des fossoyeurs impitoyables de leurs rêves, le réveil sera d’autant plus brutal.

L’Appel à l’Union et la Prise de Conscience

Malheureusement, cette catégorie d’entrepreneurs ne bénéficie pas encore d’une représentation suffisante ni d’une défense unifiée. L’idée d’indépendance qui les a attirés dans cette voie semble se dissoudre face aux puissances économiques qui les dominent. Leur dispersion et leur absence d’alliance en leur propre nom sont autant de faiblesses que les géants économiques exploitent habilement pour les maintenir dans un état de dépendance pernicieuse.

Vers une Nouvelle Forme de Résistance

Cependant, l’espoir demeure. Une nouvelle génération d’entrepreneurs résilients commence à émerger, conscients des pièges de l’uberisation. Quelques dirigeants de micro-entreprises, de TPE/PME, et même certaines de start-up, refusent d’être de simples pions dans un jeu économique biaisé. Un jour peut-être, ces entrepreneurs comprendront le véritable sens du mot “coopération”. En s’unissant, en partageant leurs expériences et en s’entraidant mutuellement, ils pourront peut-être affronter ces géants économiques avec une force collective, reprendre le contrôle de leur destinée et instaurer un véritable esprit d’indépendance, loin des mirages trompeurs de l’ “uberisation entrepreneuriale”.

Et les Véritables Salariés de l’Uberisation, qu’en est-il ?

Le concept du “petit patron en difficulté qu’il faut sauver quoi qu’il en coûte” est souvent instrumentalisé à des fins politiques en faveur des grandes entreprises, mais il ne reflète pas fidèlement la réalité économique. Les véritables petites et moyennes entreprises (PME) sont rares en France, ce qui rend cette image généralisée inexacte. La législation, cependant, favorise les PME en tenant compte de leurs contraintes spécifiques.

Pourtant, les inégalités entre les salariés des grandes entreprises et ceux des petites sont largement négligées. Les avantages et les protections dont bénéficient les employés des grandes entreprises ne sont pas étendus aux employés des petites structures. Il en résulte des disparités en matière de conditions de travail et de garanties, créant ainsi une division cachée dans le débat public.

En France, un grand nombre d’entreprises sont affiliées en tant que filiales, franchises ou sous-traitants, ce qui signifie qu’en réalité, plus de deux tiers des travailleurs sont employés directement ou indirectement par des entreprises faisant partie de grands groupes.

Ce mythe simplificateur empêche d’ouvrir la voie à des discussions plus informées sur les réformes nécessaires pour créer un environnement de travail équitable pour tous, indépendamment de la taille de l’entreprise qui les emploie.

Vers un Contre-Pouvoir Émergent : Les Signes d’une Réorientation Économique ?

Les associations de terrain, les organisations anti-corruption, les cercles de réflexion, la nouvelle loi Waserman sur les lanceurs d’alerte, et bien d’autres initiatives, se présentent comme des signes précurseurs d’une volonté de rompre les chaînes de l’oppression imposée par la loi des marchés financiers, et de rétablir une économie ancrée dans la réalité.

Cependant, ne sommes-nous pas déjà parvenus à un point de non-retour pour instaurer un contre-pouvoir sereinement ?

La question de l’autonomie et de l’indépendance en France soulève des préoccupations légitimes. À mesure que les grandes entreprises, multinationales et franchises, continuent de consolider leur emprise sur différents secteurs économiques, n’est-il pas légitime de se demander si les possibilités d’autonomie et d’indépendance pour les entrepreneurs et les petites entreprises sont en train de s’amenuiser ?

About Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.